ACTIVITE ELECTRIQUE : 

 
Notre cerveau est constitué de neurones qui forment des réseaux fortement connectés entre eux. Une activité électrique se propage le long de ces neurones. C’est l’analyse de cette activité électrique qu’utilisent les différentes méthodes de neurofeedback.

Cette activité électrique du cerveau peut être lue grâce à des capteurs posés sur la tête. La notion de rythme cérébral associée à cette activité électrique est connue depuis 1929 (travaux de Hans Berger) et depuis 1958 des chercheurs ont mis en évidence la capacité de notre cerveau à reconnaître certains de ces rythmes puis plus tard à les contrôler et/ou à les reproduire.

 

Ces rythmes cérébraux ont des amplitudes très variables selon le mode de fonctionnement du cerveau.

Pour se sentir bien, ces amplitudes doivent rester dans une zone dite «zone de viabilité », c'est-à-dire zone ou l’ensemble corps-cerveau a un bon fonctionnement. Lorsque cette zone de viabilité est dépassée, cela correspond à une activité électrique trop importante.
 

 

 LA METHODE :

 

La méthode de neurofeedback NeurOptimal™ est née au Canada de l’expérience de Sue Brown, psychologue clinicienne et technicienne en neurofeedback et de Valdeane Brown, son mari, mathématicien et physicien. Ils ont mis au point un logiciel capable d’analyser les rythmes cérébraux, de déterminer les dépassements de seuils hors zone de viabilité, d’informer notre cerveau de son dysfonctionnement.

Lors d’une séance, les capteurs posés sur la tête détectent un changement brutal d’activité du cerveau avec dépassement de seuils. Le signal est transmis par fibre optique au logiciel qui créé une micro-coupure de la bande sonore écoutée. La micro-coupure est perçue soit de façon consciente, soit de façon inconsciente par notre cerveau.

 

 LES MECANISMES :

 

Notre cerveau est plastique, il est capable de se modifier par l’expérience c'est-à-dire que des mécanismes interviennent et transforment l’organisation neuronale. Les connexions existantes entre les différents neurones changent, se renforcent ou se défont.

Notre corps pour rester dans la zone de bon fonctionnement utilise toujours deux forces opposées. Pour les neurones ces deux forces sont l’excitation et l’inhibition. Si ces deux forces ne sont pas correctement équilibrées, c'est-à-dire que soit les neurones excitateurs sont trop actifs, soit ce sont les neurones inhibiteurs, alors nous sortons de la zone de viabilité.

Lors de la micro-coupure sonore, l’information (interruption du son) arrive au cerveau en même temps que la variation électrique responsable du passage hors zone de viabilité. L’interruption associée à cette variation va permettre de maintenir un équilibre entre les forces puisque les neurones trop actifs vont moduler leur activité, on parle des capacités autorégulatrices du cerveau.

 

 

Vous pouvez découvrir plus d’informations et notamment les phénomènes biologiques associés à cette réorganisation cérébrale dans le livre de Corinne FOURNIER et Pierre BOHN, le Neurofeedback dynamique, aux éditions Dangles.